Tchernivtsi (Czernowitz, Chernovtsy, Chernivtsi), capitale de la Bucovine. Ville des trésors culturels disparus.

Villes et régions d’Ukraine


"Ne croyez pas que Tchernivtsi est une ville. C’est tout un monde. Ce pourrait être aussi bien la banlieue de Vienne que de New-York" (Nora Gray, romancière)

En l’an 1408, la ville de Tchernivtsi (Czernowitz), au bord de la rivière Prout, faisait partie de la principauté de Moldavie. De nombreuses puissances souhaitaient cependant se l’approprier, car elle se trouvait directement sur une des routes commerciales principales menant à la mer Noire. Au 16e siècle, les Turcs s’emparèrent de la région. Leur domination s’acheva quelques décennies plus tard en 1774 avec le traité de Küçük Kaynarca marquant la fin de la guerre ottomano-russe. Par ce traité, la ville revint de plein droit aux Habsbourg. Tchernivtsi devint alors la capitale du Kronland de Bucovine, et le resta jusqu’à la fin de la première guerre mondiale, en 1918. Cette époque-là peut être aujourd’hui considérée comme l’apogée culturelle de la ville.

Tchernivtsi doit son apogée culturelle entre autres à sa tradition de vivre ensemble pacifique, par laquelle de différentes cultures se côtoyèrent et vécurent en paix pendant des siècles.

 

Car ici vécurent des Ukrainiens, des Roumains , des Arméniens, des juifs et des Allemands,chacun apportant son élément au quotidien et au développement culturel de la ville.

C’est ainsi qu’à partir de la seconde moitié du 19e siècle, de nombreux journaux furent publiés à Tchernivtsi. De 1848 à 1940 par exemple parurent de manière régulière plus de 370 journaux différents, ce qui était énorme pour l’époque, en comparaison avec d’autres villes culturellement influentes. Parmi ces 370 journaux, 200 étaient allemands, 68 ukrainiens, 50 roumains, 28 polonais et 24 juifs.

Tchernivtsi eut aussi droit à un développement précoce sur le plan technique. En 1897 fut achevée la première ligne de tramway électrique, soit six mois avant celle de Vienne. Le projet dut cependant être assez vite abandonné, notamment à cause de l’inclinaison des pentes qui provoquait des incidents techniques.

Rebaptisée Cernauti, la ville appartint à partir de 1918 à la Roumanie, et fit partie de 1994 à 1991 sous le nom de Cernovcy à l’Union soviétique. Enfin, depuis son indépendance, Tchernivtsy est une ville ukrainienne.

La population juive de la ville joua un rôle prépondérant dans son développement culturel et son histoire. En 1910, elle représentait presque 30% de la population. Le cimetière juif de Tchernivtsi, situé sur les hauteurs de la ville, et dans lequel reposent bon nombre de ses célèbres habitants, est un témoin muet de l’histoire juive mouvementée de la ville. Parmi les illustres personnes enterrées ici, les protagonistes de l’émouvant film documentaire de Volker Koepp « Monsieur Zwilling et Madame Zuckermann ». Dans ce film, ces deux juifs originaires de Bucovine et qui survécurent à la guerre et au génocide racontent de manière touchante la vie quotidienne et culturelle de la ville au début du 20e siècle.

D’un point de vue germanophile, les représentants les plus significatifs de la ville, sans lesquels la poésie du 20e siècle n’aurait pu être la même, ou même être tout court, sont Paul Celan et Rose Ausländer, qui tous deux survécurent à la Shoah. Paul Celan pensait de Tchernivtsi que c’était une contrée d’hommes et de livres. Cette pensée se justifie, si l’on prend en compte le nombre de poètes, auteurs et autres hommes et femmes de lettres qui y vécurent. Pour citer quelques exemples : Moses Rosenkranz, Alfred Margul-Sperber, Selma Meerbaum-Eisinger, Alfred Gong et Immanuel Weissglas. Dans leurs écrits, leur région d’origine reste un point de référence, peu importe où le destin les a mené après les grandes guerres, ou dans quelle langue ils écrivent, que ce soit l’allemand, le yiddish, l’ukrainien ou le roumain.

En 2008, Tchernivtsi fêta son 600e anniversaire. Ceci entraîna la restauration et l’entretien de nombreux bâtiments. Une raison de plus de visiter ce petit joyau architectural de la Bucovine. Laissez-vous vous aussi charmer par les trésors presqu’oubliés de cette métropole culturelle, qui vous laissera de par sa fascinante histoire emplie de multiculturalité une impression inoubliable !

Bons plans restaurants à Tchernivtsi

Tri Tovstuny (Les trois gros lards), vul. Golowna: Ce restaurant est toujours bondé, parce qu’il n’est pas cher du tout. C’est une sorte de fast-food proposant de la bonne cuisine ukrainienne. Vous y trouverez de nombreuses entrées, plats principaux et desserts typiquement ukrainiens. Fourchette de prix : économique.

Cafe Vse dlya domou (Tout pour la maison), vul. Kobylyanska: Ce café fut ouvert juste à côté de la maison du café viennois et se caractérise par ses gâteaux succulents et un large choix de boissons chaudes, le tout à des prix très abordables. Le nom étrange du café est dû à une époque passée où le bâtiment servait à tout autre chose. Fourchette de prix : économique.
tchernivtsi, bucovine, ukraine, tchernovtsi, chernivtsi, cheroivtsi, cernivtsi, cernivtsy, cernauti, cernovtsy, chernivtsi, paul celan, rose ausländer, meerbaum eisinger, gong, weißglas, sperber, rosenkranz, herr zwilling und frau zuckermann
en haut