Minsk, la belle biélorusse

La "ville du soleil" sur le chemin de la modernité


Minsk, avant la seconde guerre mondiale, une métropole florissante et un centre du judaïsme européen, fut détruite pendant la guerre jusqu’à 80% et presque rasée. C’est pourquoi on voulut ensuite aussi après la guerre d’abord abandonner le champ de ruines à lui-même et reconstruire la capitale environ 50km plus loin, mais on s’est ensuite ravisé pour quelque chose de mieux.

Au lieu de cela, d’innombrables architectes de toutes parts de l’Union Soviétique planifièrent la ville au même endroit, à partir de zéro, et dans le style du classicisme soviétique, avec de larges boulevards, beaucoup de parcs, et des monuments impressionnants qui sont presque tous exclusivement dédiés à la seconde guerre mondiale.

Par conséquent, le centre de Minsk constitue le plus grand et homogène ensemble au monde de l’architecture soviétique des années 1950, et exerce une fascination propre, avant tout quand tous les bâtiments sont illuminés.

 

Lors de la reconstruction de la ville après la seconde guerre mondiale, fut créé un ensemble architectural urbain unique dans sa méthode de construction cohérente dans le style du clacissisme soviétique, également appelé de façon moqueuse néoclacissisme pseudoréaliste.

Avec ses larges boulevards, les magnifiques bâtiments dans le style gratte-ciel stalinien, Minsk est considérée comme ville modèle de l’utopie architecturale du socialisme.

Dans ce contexte sont particulièrement intéressants la Rue Lénine, le musée d’art, la magnifique Place de la Gare, le stade Dynamo, la grand boulevard de l’indépendance de Minsk avec ses quatre places centrales, sur lesquelles se trouvent les bâtiments du gouvernement, la salle de concerts, la philharmonie et d’autres monuments architecturaux de la fin des années 1950.

L’ancienne rue principale (aujourd’hui rue Lénine) conduit à la place principale de la ville, la Place de la Liberté. Jusqu’en 1933 la place avait été pendant quatre siècles le centre administratif et culturel de la ville. A l’époque de l’empire russe on appelait la place Sobornaïa Plochtchad (Place du Rassemblement), à l’époque de la Grande Principauté de Lituanie la place s’appelait la Place Verchniï Rynok (le Marché Supérieur), et le centre ville attenant - Verchniï Gorod (la ville supérieure). Ici des églises et monastères du 17e siècle et des habitations du 19e siècle ont été préservés.

Autrefois es trouvaient un collège jésuite, une école et une cathédrale catholique de la Vierge Marie sur la place. Seule la cathédrale a été préservée jusqu’à aujourd’hui. L’ancienne église catholique bernardine qui se trouvait à côté est aujourd’hui la cathédrale orthodoxe du Saint-Esprit. L’église fut construite en 1642 et reconstruite au milieu du 18e siècle après un feu. Sur l’iconostase de l’église se trouve une série d’icones impressionnantes de l’Ecole de Moscou. La relique la plus précieuse est l’icone de la miraculeuse Mère de Dieu de Minsk qui est liée à de nombreuses anciennes légendes et contes.

L’un des symboles de Minsk est l’église en briques de Saint-Simon et Saint-Hélène qui est simplement appelée uniquement Eglise Rouge à cause de ses briques. Elle fut construite en 1910 aux frais d’Edouard et Olympe Voïnilivitch en souvenir de leurs enfants décédés prématurément et est aujourd’hui considérée comme l’église catholique la plus importante de la ville. Comme par miracle elle a survécu sans dommages à l’époque communiste à côté du bâtiment du parlement et du monument à Lénine sur la place actuelle de l’indépendance.

Avec la Place de l’Indépendance commence la Perspective du même nom, le boulevard central de Minsk. Il s’étend sur 17 km vers le Nord Est et est considéré comme modèle de l’architecture soviétique. Directement à son début se trouve le bâtiment impressionnant de la poste principale et celui du KGB, le premier peut être visité.
minsk, biélorussie
en haut