Crimée

A ne pas manquer si vous allez en Crimée, les cités taillées dans le roc de Çufut Kale (« forteresse juive »), Tepe Kermen, Mangup Kale, Eski Kermen et la forteresse de Surenski, qui se cachent dans les montagnes de Crimée, inhabitées depuis des siècles.

En plus des tombes païennes, ces cités abritent de nombreux monastères et de nombreuses églises, ainsi que des monuments architecturaux juifs, qui témoigne d’un passé à la richesse culturelle exceptionnelle. Protégées par des fortifications, ces villes connurent leur apogée au Moyen Âge, et furent tour à tour le centre culturel de Goths et d’Alains, de juifs karaïmes, de Chasares convertis eux aussi dès le 9e siècle au judaïsme, de moines byzantins, des Petchéguènes et de la principauté de Théodoro.

Avec la conquête de la Crimée par les Russes, la population de ces villes troglodytes, qui n’étaient désormais plus poursuivie, s’installa dans les villes et sur la côte. Les forteresses n’eurent plus d’utilité et furent peu à peu abandonnées. Il reste aujourd’hui à visiter les impressionnants vestiges taillés dans la pierre de grottes, églises et fortifications.

Mangoup Qale

Sur un plateau pentu culminant au-dessus de coteaux abrupts, et dont les contours rappellent, de loin, une patte de chien, se dressent les ruines de la cité de Mangoup Qale. Une position stratégique intéressante pour une cité fortifiée. Le plateau a été habité depuis le 3e siècle successivement par les Alains, les Ostrogoths, les Khazars, les Byzantins, puis les Turcs.

Au Moyen-âge, le plateau ainsi que les deux sources d’eau douce furent baptisés « Théodoro » (don de Dieu). De nombreuses grottes artificielles, les ruines de la citadelle et du palais princier ainsi que d’une église troglodyte emmènent le voyageur sur les traces du mode de vie de cette principauté au Moyen-âge et les pierres racontent les victoires et les défaites, la foi et la trahison, l’amour et la mort.


Tepe Kermen

La cité fortifiée de Tepe-Kermen (Tepe – colline, Kermen – fortification), juchée sur une colline est une petite ville troglodyte juchée sur une colline à 544m au-dessus du niveau de la mer. Sur une surface d’un hectare environ se trouvent de nombreuses grottes creusées dans la roche, des tombes, ainsi que deux grottes troglodytes. Tepe Kermen a été habitée depuis le 6e siècle, jusqu’au fatidique an 1299, année de sa destruction par la Horde d’Or.

Aujourd’hui, de nombreuses grottes ou anciennes tombes servent de cellier ou de cave. Sur le sentier menant à l’ancienne cité, on trouve assez souvent des morceaux de poterie, témoins des siècles passés. A ne pas manquer, l’église troglodyte avec son baptistère. Cette église a deux entrées au nord, et un autel, dont une partie est originale. On y aperçoit en regardant bien deux croix gravées dans la roche.
villes troglodytes, crimee, kale, quale, kermen, tschufut, chufut, Çufut, mangup, mangoup. eski, ville, cité, troglodyte
en haut