Les Carpates ukrainiennes: charmes et solitude d’espaces naturels préservés

Villes et régions d’Ukraine


« La solitude des forêts profondes et majestueuses des pentes boisées des Carpates, dont le calme est seulement troublé de temps à autres par le murmure d’un torrent de montagne et du vent dans les cîmes, ou bien encore par le bruit causé par la chute d’un arbre centenaire, laisse un souvenir unique et inoubliable. Car ici les grandes étendues forestières sont restées quasiment vierges de toute influence extérieure, la forêt est restée primitive, l’homme ne venant y chasser qu’occasionnellement, sans que ceci ne puisse avoir un impact significatif sur elle. »

C’est avec ces mots-là que décrivit Conrad Roth, ingénieur forestier originaire du canton d’Argovie en Suisse, les beautés des paysages préservés qu’il eut l’occasion de découvrir dans les années 30 lors de randonnées dans la vallée de Borchava, dans les Carpates ukrainiennes.

Même si le temps ne s’est tout de même pas arrêté à cet endroit, une randonnée dans les Carpates ukrainiennes donne l’impression au voyageur parfois d’être revenu à une époque révolue.

 

Car c’est là, dans la réserve de biosphère des Carpates (Carpathian Biosphere Reserve CBR), comprenant une surface de 57 880 ha, qu’il est encore possible de s’émerveiller devant les derniers espaces forestiers intouchés d’Europe. La protection de cet espace naturel unique fut en 1992 inclut dans le projet de l’UNESCO « L’homme et la Biosphère » (MAB).

Comme toute réserve naturelle, celle-ci est divisée en trois zones: une zone principale de quelques 16 505 ha entourée d’une zone-tampon de 15 047 ha, et enfin une zone de paysages anthropogéniques de 18 810 ha. La réserve est elle-même divisée en cinq sous-parties: les massifs de Kouzi et Marmaroch (Maramures), Svidovets et Tchorna Hora (Chorna Gora) avec le mont Goverla (Hoverla), qui, avec ses 2061 m est le plus haut d’Ukraine, ainsi que le massif de Mala Uholka - Chirokij Luh, abritant les plus grandes hêtraies d’Europe et les grottes les plus connues des Carpates ukrainiennes, la Grotte Droujba et la Grotte de la Pierre de Lait (Molotchniï Kamen).

De plus, la réserve de biosphère contient plusieurs réserves botaniques: Tchorna Hora, Joulivska Hora ainsi que la Vallée des Narcisses à proximité de Tchoust, située à une altitude de seulement 170 m, soit le point le plus bas de la réserve naturelle, connue pour la quantité de narcisses la recouvrant au printemps. Avec le Goverla, les monts Petros (2020 m) dans le massif de Tchorna Hora (Chorna Gora) et Pip Ivan (1937 m) dans le Marmaroch (Maramures) font partie des montagnes les plus hautes des Carpates ukrainiennes.

Une attention particulière mérite d’être portée à la faune et à la flore des Carpates. Il existe ici plus de 2000 espèces de sporophytes et de plantes à fleurs, ainsi que 850 sortes de lichens. Les arbres les plus courants selon l’altitude et la nature du sol sont: le hêtre, l’épicéa, le chêne, l’aulne, le frêne, le sapin, le genévrier et le pin de montagne. La faune transcarpatique compte 440 espèces de vertébrés, dont 79 mammifères, 280 oiseaux, 53 poissons, 17 amphibiens et 11 reptiles différents. Parmi les mammifères, il faut noter la présence d’ours bruns, de lynx, de loups et de chats sauvages. Des 41 espèces de mammifères ukrainiens présentes sur la liste européenne des espèces en voie de disparition, déjà 19 se trouvent dans les Carpates.

Le 28 juin 2007, les forêts primitives des Carpates furent inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO. Selon cette organisation, les Carpates représentent la plus grande étendue de végétation de type feuillue primitive d’Europe, et représentent donc un précieux réservoir génétique pour les hêtres et l’écosystème découlant de leur présence. De plus, les hêtres ukrainiens ont la spécificité d’être présents dans plusieurs écosystèmes, résultant de conditions géographiques différentes. Les forêts primitives des Carpates sont donc les premierss espaces naturels ukrainiens à avoir été intégrés au patrimoine mondial de l’UNESCO. (BBCUkrainian.com, 28.06.07).

A côté de paysages naturels d’une incroyable beauté, vous avez également l’occasion lors d’un voyage dans les Carpates de découvrir la diversité culturelle de la région. De siècles en siècles, de nombreux groupes ethniques s’y sont en effet installés : Ukrainiens, mais aussi Hongrois, Russes, Roumains, Roms, Slovaques, juifs et Allemands. Chacun y laissa sa marque, et c’est cette spécificité multiculturelle qui rend les Carpates aujourd’hui si intéressantes.

L’influence des Hongrie, notamment, qui régnèrent pendant plus de mille ans en Transcarpatie, s’y fait particulièrement ressentir, dans le style architectural des villes par exemple. Autrefois élite de la région, ils forment aujourd’hui une minorité assez importante présente essentiellement dans la plaine de Transcarpatie (Transcarpathie), au nord de la Transylvanie. La présence des Allemands, qui s’installèrent autrefois dans la région pour exploiter les mines de sel et les forêts a également laissé des traces visibles. Certains de leurs villages Oust- Tchorna (en allemand: Mokra) témoignent jusqu’à aujourd’hui de leur vie modeste et frugale.

La population des Carpates est constituée de nombreux groupes ethniques qui vécurent pendant de nombreux siècles sous domination étrangère. A l’extrême nord des Carpates vit le peuple Lemko, aujourd’hui essentiellement présents dans les Carpates occidentales en Slovaquie et en Pologne. Au centre et à l’ouest de la région se trouvent également les Boikis, et à l’est les Houtsoules. Ceux-ci vivent aujourd’hui dans les montagnes, d’agriculture et d’élevage de bétail, même si ils n’avaient à la base pas pour tradition de cultiver la terre. Les villages dans lesquels vivent ces peuplades sont caractérisés par une architecture traditionnelle propre à chaque groupe ethnique. Aujourd’hui encore l’on peut admirer de magnifiques églises en bois dans des villages pittoresques. Costumes traditionnels colorés, tapis tissés à la main et manteau en peau de mouton étaient les signes caractéristiques de ces peuples montagnards. La montée à l’estive et la transhumance automnale s’effectuaient au son mélancolique de la trembita, un instrument à vent houtsoule apparenté au cor des Alpes, pouvant mesurer jusqu’à trois mètres de long, utilisé pour rassembler les bergers à l’heure de la traite et les prévenir d’intempéries imminentes.

La variété ethnique des Carpates se reflète aujourd’hui dans sa tradition culinaire. On y trouve aussi bien des plats traditionnels ukrainiens comme le borchtch, les blinis et le brinza, fromage de brebis salé typique des Carpates, que des plats hongrois ou roumains comme le bogratche (ragoût épicé), le rakkott kroumpli (gratin de pommes de terre avec saucisses épicées, les Debrecziner, et œufs) ou le tokan (bouillie de mais accompagnée de fromage de brebis). La plaine des Carpates est également une région viticole où sont produits des vins aromatisés.
Carpates, ukraine, montagne, montagnes, goverla, hoverla, houtsoules, lemko, lemkos, boiki, boikowie, petros, pip ivan, marmaros, maramures, Biosphère, biosphere, hêtraie, forêt primitive, hêtre, vallée des narcisses, reserve, réserve naturelle, reservati
en haut