Crimée

A l’ombre des montagnes de Crimée, à mi-chemin entre Sébastopol et la capitale de la presqu’île Simféropol se trouve une petite ville au nom à consonance orientale : Bakhtchissarai. Fondée à la fin du 14e siècle, cette cité devint avec la construction d’un palais par le khan Mengli Giray la capitale du khanat des tatares de Crimée. Les tatares régnèrent sur la Crimée 300 ans avant la prise de pouvoir par les Russes. Jusqu’à aujourd’hui, ce palais à la beauté épurée, dont les minarets sont visibles de très loin, reflète la richesse et la puissance du khanat de Crimée. Pour sa construction, qui a duré plus de 200 ans, ont été mêlés des éléments d’architecture arabe, ottomane et de la Renaissance.

Le palais fut érigé en tant que siège du pouvoir tatare, et témoigne jusqu’à aujourd’hui du train de vie fastueux du souverain. D’innombrables pièces destinées au khan, à son harem et à son personnel sont ouvertes aujourd’hui à la visite. Dans l’enceinte du palais se trouve aussi un cimetière, où sont enterrés de nombreux khans et leurs épouses, ainsi qu’une mosquée, qui est aujourd’hui à nouveau utilisée par les Tatars de Crimée.

Les salles de conseil et le tribunal, la cour intérieure richement ornée, le pavillon d’été ainsi que la mosquée des Khans montrent différentes facettes de la vie politique, culturelle et religieuse de la cour du khan tatar.

Dans l’enceinte du palais de Bakhtchissarai se trouve aussi le puits des larmes, que le khan Mengli Giray (ou Geray) fit ériger en hommage posthume à son épouse favorite. Les sculpteurs se trouvèrent alors devant le dilemme de représenter un deuil vivant sans transgresser les préceptes du Coran interdisant de représenter les corps et les visages humains. Le résultat est un témoignage à la fois original et impressionnant de fantaisie et de créativité. Le poète Alexandre Pouchkine fut tellement touché par le monument lors d’une visite à Bakhtchissaraï en 1820 qu’il lui dédia un poème.

La cité troglodyte de Çufut Qale située non loin vaut également le détour. Cette cité fortifiée, qui fut habitée dès le 6e siècle, fut prise dès le 13e siècle par les Ottomans et détruite, ce qui implique qu’il ne reste aujourd’hui que les fondations des maisons à visiter. Cependant, le site étant situé sur un haut plateau, vous pourrez combiner cette visite avec une promenade, lors de laquelle vous aurez l’occasion de découvrir une vue panoramique magnifique sur la Crimée.

Le monastère d’Ouspenski fait aussi partie de la ville troglodyte. Ce monastère est aujourd’hui toujours habité par des moines et est le lieu de pèlerinage de nombreux chrétiens orthodoxes.

Conseil restaurant à Bakhchisarai

Restaurant "Karavan-Sarai", ul. Basenko, Bakhtchissarai. Situé à deux pas du palais, cet hôtel s’est donné pour mission de conserver les secrets de la cuisine tatare et propose un large choix de délicieuses spécialités traditionnelles. Les clients peuvent s’assoir ou s’allonger dans le  jardin et profiter d’un bon repas et du beau temps. Nous vous recommandons également chaudement la cérémonie du café ayant lieu dans la cave du restaurant. Vous y apprendrez plus sur le passé des Tatars de Crimée et sur le renouveau culturel de la minorité tatare aujourd’hui. Fourchette de prix : moyenne.
bakhtchissarai, crimée, bachtschissaraj, bachtchissaray, bakhchisarai, Bakhtchissaraï, bakhtchisarai, bakhtchissarai, tatars, khan, tatars de Crimée, khans de Crimée, palais du Khan, ville troglodyte, villes troglodytes, tchufut Kale, Çufut Qale
en haut