Babi Yar (Babyn Yar), massacre des Juifs de Kiev

Histoire de l’Ukraine


En septembre 1941, peu après la prise Kiev par la Wehrmacht lors de la seconde guerre mondiale, l’occupation allemande publia un appel adressé à la population juive de Kiev qui n’avait pas fui les combats, la majorité des habitants juifs de la ville ayant en effet quitté Kiev avant sa prise par les Allemands. Ceux qui restèrent furent pour la plupart ceux qui n’avaient pu fuir assez rapidement: vieillards, femmes et enfants.

L’appel ordonne à tous les juifs de se rendre les 29 et 30 septembre, jour de leur soi-disant "évacuation" près du ravin de Babi Yar aux portes de Kiev. Comme une ligne ferroviaire partait également de là, la population juive de Kiev crut à une réelle évacuation. Au matin du 29 septembre, ils convergèrent tous à pied, avec leurs affaires, dans un flot toujours grandissant, vers le lieu de rendez-vous.

 

Arrivés à Babi Yar, ils furent dépossédés de leurs biens, et mis nus en petits groupes au bord du ravin et froidement exécutés au fusil-mitrailleur. Les corps tombaient automatiquement dans le ravin, faisant de la place pour le groupe suivant...

Pendant deux jours, les SS soutenus par la Wehrmacht massacrèrent plus de 33 000 Juifs désarmés. Afin de dissimuler le massacre, ils firent exploser les parois de la gorge, et la masse de pierre s’écroulant recouvrit les corps.

Dans les environs de Babi Yar fut ensuite construit un camp de concentration où furent internés et tués de nombreuses autres personnes. Pendant les deux ans de l’occupation allemande, 150 000 à 200 000 civils furent ainsi tués à Kiev et ses environs. Lorsque la ligne de front se déplaça vers l’ouest, les Allemands, craignant la découverte du massacre, firent déterrer les corps par des prisonniers de guerre qui durent ensuite les brûler. Ceux-ci, témoins du crime, furent ensuite fusillés. Certains parvinrent à en réchapper et racontèrent ce qu’il s’était passé.

Aujourd’hui se trouve à l’endroit du massacre un monument rappelant le meurtre des Juifs de Kiev. La gorge est aujourd’hui pourvue de chemin et est un lieu de promenade assez fréquentée des habitants de Kiev. Les enfants viennent y faire de la luge en hiver. Non loin de là, à l’endroit où se trouvait le camp de concentration, fut érigé un second monument, plus grand celui-ci, qui est souvent présenté aux touristes comme le véritable monument de Babi Yar.

babi yar, babyn iar, kiev, judaisme, ukraine, histoire, holocauste, massacre
en haut