La Pâque orthodoxe en Ukraine. La Résurrection du Christ

Vie & Culture en Ukraine


Si Noël est considéré en occident comme la principale fête religieuse de l’année, en Ukraine, tout comme dans l’ensemble de la sphère orthodoxe, la plus grande fête du calendrier liturgique est Pâques. La fête de Pâques orthodoxe est à la fois semblable et très différente de ce que l’on peut connaître des rites catholiques et protestants.

 

Tout d’abord la date : en effet, la date de la Pâque est, pour toute l’Eglise orthodoxe, fixée selon le calendrier grégorien, qui est décalé de 13 jours par rapport au calendrier julien utilisé par les catholiques et les protestants. Pâques orthodoxe est donc célébrée en général un peu plus tard que chez nous. Cependant, sa date étant calculée également en fonction du calendrier lunaire, et il arrive, mais très rarement, que les fêtes coïncident. Le dimanche de Pâques marque la fin du carême traditionnel de 40 jours.

Elément marquant des fêtes de Pâques, les «koulitchi», gâteaux traditionnels cuits en hauteur et recouverts d’un glaçage particulier, qui sont partagés avec la famille et les amis, et qui se retrouvent sur toute les tables. Autre spécialité culinaire : la fameuse «paskha» (prononcer pas-kh-a), faite à partir de fromage blanc égoutté, d’œufs et de fruits confits.

Egalement présents sur toutes les tables : les œufs de Pâques (pisanki), pas en chocolat comme chez nous, mais des vrais œufs durs multicolores, décorés selon différentes techniques de coloration à la cire, ou bien peints avec minutie, sur lesquels on retrouve des symboles religieux ou des images du Christ. Cette tradition est bien ancrée en Ukraine et connue dans le monde entier. La fête de Pâques orthodoxe présente tout de même quelques différences avec ce que nous connaissons.

La semaine qui précède Pâques, la Semaine Sainte, est ponctuée de différents offices. Le moment le plus important des fêtes de Pâques est la veillée du Samedi Saint, dans la nuit du samedi au dimanche, qui finit par une liturgie pascale, et pour laquelle tous les fidèles se rendent à l’église. Rester jusqu’au bout demande une capacité à ne pas s’asseoir pendant plusieurs heures. En effet, les églises orthodoxes ne sont pas pourvues de sièges, mais seulement de stalles où il est possible certes de reposer un peu ses jambes, mais qui sont en général prises d’assaut par les fidèles. L’office dure en tout trois heures et demie, entre 23h30 et 3h du matin, ce qui demande une certaine résistance physique, même s’il est quand même possible de sortir de l’église pendant l’office.

Vers onze heures et demie commence donc le service dans une église généralement bondée. Pâques est une grande fête, l’atmosphère est joyeuse, comme vous ne le verrez jamais en occident. L’office commence par les vêpres, dans l’obscurité, des psaumes sont récités à la lumière d’une simple bougie. Puis, à minuit, on sonne les cloches, et l’église jusque-là plongée dans l’obscurité s’illumine. Chacun allume un petit cierge, qui symbolise la lumière de la foi, et transmet la lumière à son voisin.

Le prêtre en habits flamboyants, suivi des diacres et des enfants de chœur, se place devant l’iconostase richement décoré, et bénit les fidèles avec la formule traditionnelle : «Khristos voskres !» (le Christ est ressucité !) à laquelle est répondu : «Vo istinu voskres !» (En vérité, il est ressucité !). Des chants joyeux et mystiques résonnent, la fumée s’échappant de l’encensoir du prêtre et emplit l’église d’un parfum entêtant, la taille des bougies s’amenuise, tandis que la cire forme des petites taches sur les jupes et les manteaux. Les visages s’illuminent, chacun semble avec foi et humilité laisser de côté les soucis du quotidien pour retrouver pour quelque temps espoir et allégresse.

Au milieu de la nuit, les prêtres, portant croix et icônes, suivis du chœur et de l’ensemble des fidèles s’avancent en procession dans la cour de l’église. Là, des centaines de personnes se mettent sagement en rang en attendant de se faire bénir avec leurs corbeilles (emplies de koulitchi, pains et œufs de Pâques), cependant que les cloches sonnent à nouveau. La route suivie par le prêtre, qui fait trois fois le tour de la cour dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, symbolise le chemin de croix de Jésus et des souffrances qu’il a subies afin de sauver l’humanité. Après la procession, la liturgie continue à l’intérieur de l’église.

Le dimanche de Pâques est plutôt célébré en famille. On se retrouve autour de nourriture typique préparée spécialement pour l’occasion. Rien ne manque, et il y a même une petite liqueur pascale. Le fait que le carême soit traditionnellement plus suivi en Ukraine qu’en occident explique en partie les fastes du dimanche pascal, qui en marque la fin, mais force est de constater que le festin pascal semble maintenant plus ancré dans les têtes que le carême qui le précède. Le fait de se rendre sur la tombe de proches ce jour-là avec vin et victuailles est également une tradition très répandue.

La fête finissant le dimanche, le lundi de Pâques n’a pas de signification particulière.
Pâques, Pâque, paque, paques, ukraine, oeufs de pâques, œufs, œuf de paques, tradition, rite, coutume, rites, coutumes, pessach, pessakh, pascha, pessah
en haut